Menu

Recherche

 

Le Contrat de Baie est un outil mis en place par les différents acteurs du territoire pour améliorer la qualité écologique et sanitaire des masses d'eau côtières. Comme les autres contrats de milieux institués par la circulaire du 5 février 1981, le territoire du Contrat de baie est défini à l'échelle d'un bassin versant. Il permet d'atteindre les objectifs du Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) grâce à la mise en œuvre d'un programme d’actions de réhabilitation et de gestion du milieu. L’objectif est ambitieux puisque 265 millions d’euros seront investis dans les six prochaines années.

L’implication de la société civile

Mais pour réussir, il faudra aussi parvenir à créer des synergies externes avec les acteurs de la société civile. « Ce sont eux (associations, entreprises, clubs nautiques, etc.) qui seront les garants de la réussite des actions du Contrat de Baie. Et enfin, il faudra réussir notre communication pour que les efforts de chacun soient valorisés et que les résultats soient accessibles à tous. L’adhésion des habitants et des usagers du littoral ne s’obtiendra que si nous réussissons dans ce domaine », avance Stéphane Marcie.

55 acteurs mobilisés

L’équipe du Contrat de Baie sera positionnée en première ligne : « Nous aurons à rendre compte des avancées du projet et à animer les réunions de l’organe de pilotage : le Comité de Baie qui associe 55 acteurs répartis en 4 collèges (collectivités, et établissements publics, représentants des usagers, des organisations professionnelles, du monde associatif, l’Etat) ». Une fonction ambitieuse, préfigurant des synergies métropolitaines : « Le Contrat de Baie c’est aujourd’hui : 130 km de linéaire côtier ; 39 communes dont 7 dans le Var ; 6 masses d’eau côtières ; 11 cours d’eau, dont l’Huveaune, le Jarret, les Aygalades… ».

 

Création de 5 bassins de rétention

Pour atteindre les objectifs fixés par l’État et par l’Europe, un programme de travaux ambitieux a été lancé, sur une période de 5 ans, pour un montant de 185,6 M € avec la création de 5 bassins de rétention des eaux de pluie sur le réseau unitaire. La capacité de stockage va être multipliée par 10.

 

 

Haut de page