Menu

Recherche

L’exemple du  stade nautique Cap Provence, un joyau bioclimatique

Le stade nautique Cap Provence est situé à l’intersection de trois communes : Cassis, Carnoux et Roquefort-la-Bédoule, soit un public potentiel de 60 000 habitants. L’un des intérêts de cet équipement est l’importance accordée au respect de l’environnement.
Dès la phase du concours, le jury s’est orienté vers le projet proposant une architecture bioclimatique.  Plusieurs dispositions techniques ont donc été adoptées : intégration harmonieuse et architecture bioclimatique ; choix des matériaux et des produits de construction (charpente bois, isolant en verre cellulaire recyclé) ; performance de l’enveloppe thermique ; production calorifique basée sur deux chaudières à gaz ; centrales de traitement d’air à récupération de calories sur l’air extrait, etc.
Des capteurs solaires thermiques ont été posés sur la toiture de l’équipement pour le chauffage de l’eau des bassins et de l’eau sanitaire de la piscine.

Cette opération a reçu le soutien financier de l’ADEME, soit une subvention de près de 108 000 € (pour un coût total de 217 400 €). 

Audit énergétique du patrimoine communautaire

La Direction de l’Environnement et des Equipements communautaires a engagé un audit patrimonial et énergétique de ses bâtiments et de ses sites (environ 800 adresses), avec pour objectif de réaliser des économies d’énergie et de développer le recours aux énergies renouvelables.

Récupération des Certificats d’Economies d’Energie (CEE)

Le Conseil de Territoire insiste sur l’importance de doter l’ensemble de ses services opérationnels de matériel adapté. Il veille à ce que ces actions cadrent avec le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie, introduit par la Loi sur l’énergie du 13 juillet 2005, qui a pour objectif de réaliser des économies d’énergie dans le milieu du bâtiment et de la petite et moyenne industrie.

www.developpement-durable.gouv.fr/Les-Fiches-d-operations.html

Auto-partage pour les agents de Marseille Provence

Afin de participer à la limitation de l’impact de la circulation automobile sur son territoire, Marseille Provence entend balayer devant sa porte. Elle sensibilise et mobilise ses agents en mettant en place un service de location de véhicules auto-partagés avec d’autres utilisateurs.

L’objectif de cette opération est de rationaliser les besoins occasionnels en véhicules, de contenir le volume du parc de véhicules de service et de diminuer les coûts d’investissement et de fonctionnement liés à l’utilisation de ce parc.

http://provence.citiz.coop/

Haut de page