Menu

Recherche

Le SCoT dessine l’avenir

Né de la loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU) du 13 décembre 2000, le SCoT organise le développement et l’aménagement du territoire, et participe à la préservation des espaces naturels et agricoles. IL a été approuvé en conseil de communauté le 29 juin 2012.

Depuis le 29 juin 2012, certaines communes ont mis en œuvre leur Plan local d’urbanisme (PLU); il s’agit de mesurer des données chiffrées qui traduisent l’évolution du territoire d’une part et d’évaluer l’évolution et la cohérence dans l’aménagement de chacun des sites stratégiques d’autre part. L’objectif est d’harmoniser les conditions d’existence (logement, mobilité, cadre de vie, etc.) de deux millions de personnes.

Le SCoT constitue désormais le cadre de référence commun et partagé dans lequel s’inscrivent toutes les actions conduites sur le territoire, et plus particulièrement les politiques publiques pilotées par la Communauté urbaine.

L’année 2014 se concentre sur la préfiguration de la « Grenellisation » du SCoT, avec l’intégration de préoccupations environnementales plus marquées, ainsi que l’élaboration d’un Schéma de référence sur la Vallée de l’Huveaune pour anticiper les aménagements futurs sur ce secteur. 

 

A quoi sert un SCoT ?

Faisant suite au Projet d’agglomération 2020, adopté par la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole en juin 2004, le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) répond à plusieurs objectifs :

• comprendre le fonctionnement du territoire à travers toutes ses composantes (économie, déplacements, aménagement, habitat, espaces agricole et naturel, littoral,…) et ses articulations avec les intercommunalités voisines,

• accompagner la croissance, anticiper les besoins démographiques, économiques et de l’habitat et prévoir leurs conditions d’accueil,

• rendre cohérentes les différentes politiques menées par la Communauté urbaine (Plan de Déplacements Urbains, Programme Local de l’Habitat, Plan Local d’Urbanisme),

• dialoguer avec les grands acteurs du territoire (Etat, Région, Département, Chambres Consulaires, intercommunalités voisines,…) et avec la société civile (Conseil de Développement,…),

• être un outil de la construction du fait métropolitain en trouvant les complémentarités, en proposant
   les coopérations indispensables et une base de dialogue avec ses territoires voisins.

 

Le SCoT est un document d’urbanisme qui s’inscrit dans un ensemble d’autres procédures. Il remplit en cela plusieurs fonctions :

• traduire les orientations de l’Etat issues de la Directive Territoriale d’Aménagement (DTA) et de la charte du Parc national des Calanques, avec lesquelles il doit être compatible,

• être le cadre de référence des politiques sectorielles de MPM : Programme Local de l’Habitat (PLH), Plan de Déplacements Urbains (PDU), Plans Locaux d’Urbanisme (PLU)

 

Haut de page